• Sacré DG de Sotel Tchad!

    J'ai failli perdre le souffle lorsque j'ai lu la réaction du DG de la Sotel Tchad par rapport aux accusations de détournement des fonds de la dite société. Détournement soulevé par le compatriote Oumar Acyl. Il s'agit en effet des Créances de la Sotel Tchad d'un montant de FCFA 24 milliards sur l'Etat Tchadien, et qui ont été vendues à la Commercial Bank Tchad (CBT) pour un montant de FCFA 19 milliards; cependant ces fonds n'ont jamais atterri dans les comptes de la Sotel Tchad, et pire encore les créances ont disparu des livres de la Sotel.

    Ce DG parachuté, non content d'avoir détourné, s'est permis de réagir à cette accusation. Et quelle réaction? Jugez – en vous même: DG d'une des plus grandes sociétés de l'Etat avec plusieurs milliards des chiffres d'affaires, regardez ce qu'il a écrit:

     “En tant que DG, je ne peut pas m'engager a divulguer des informations de notre état mais je vous assure qu'il n'y a pas de détournement par nous de la sotel Tchad”.  

    Dans une phrase comprenant juste deux lignes, Notre DG non satisfait d'écrire dans un français tordu, il ne connais même comment conjuguer le verbe pouvoir au présent de l'indicatif à  la 1ere personne du singulier. Ah mon Dieu qu'avons nous fait pour mériter des tels ignorants?  

    Et quand j'entends les Mahamat Hissein et autres voyous du MPS nous rabattre les oreilles que le bilan du MPS est largement positif, je me demande toujours mais où sont passez les Hommes dans ce pays? Quelle est cette inertie? Pourquoi devons nous subir sans faire entendre notre voix?  

    Prenons le cas de ce qui se passe actuellement à la Sotel Tchad. Pourquoi le personnel de cette société ne se fait pas entendre. Pourquoi ont – ils acceptés ce DG sans aucune qualification? Que fait le syndicat du personnel de la Sotel Tchad? Pourquoi ne demande t-il pas le départ de ce DG voleur et sans aucun niveau?  

    Depuis l'avènement du MPS au pouvoir, nous sommes tellement habitués aux détournements des fonds et autres scandales financiers, que nous les trouvons normaux. C'est devenu banal que accuser un fonctionnaire tchadien de détournement des fonds est devenu un pléonasme. Franchement j'éprouve une honte pour mon pays et pour sa population. Qu'allons nous léguer à nos enfants, si ce n'est la violence, l'injustice, le vol bref que des choses HARAM. Eh oui, nous ne vivons que du HARAM. La société tchadienne d'aujourd'hui, SOUBHANALLAH... Et comme disait Faki Suziki (Ah je m'excuse Faki Ahmadou) si demain les tchadiens ne se retrouvent pas pour la majorité en enfer, ce n'est que la fumée de cet enfer qui les a barrés.
    Par  Issa torna

     

     


    votre commentaire

  •  Nos sources établies au Cameroun, nous informent avoir aperçu une centaine (100) de camions transportant des munitions en partance vers Ndjaména.

    Selon les analystes sous régionaux et autres responsables de défense des droits de l'homme impliqués  dans la crise du Darfour et favorables aux groupes rebelles soudanais hostiles à Khartoum, il est probable que des offensives terrestres soient enclenchées pour renverser le pouvoir de Oumar Hassane El-béchir avec la complicité de Ndjaména.

    Sous le sceau de l'anonymat,  un militant  des droits de l'homme, nous affirmait hier à propos du Darfour que:" si El-Béchir ne céde pas, il n'est pas exclu que les gens lui fassent un scénario du genre Sadam Hussein pour l'avoir".

    Pour notrre part , nous estimons que le régime tchadien qui est à la base de la crise du Darfour et du drame  des populations tchadiennes, reste cependant le principal fauteur des troubles aidé par le strabisme et l'immoralité de certaines puissances occidentales connues pour leur inhumanité sur les questions des droits de l'homme mais plus animées par l'esprit de gain.

    Le peuple tchadien doit prendre en main son destin pour éclairer  l'opinion internationale sur les dérives dictatoriales de son dirigeant.

    Makaila Nguebla


     

    votre commentaire

  • Invité Afrique de Radio France Internationale (RFI) au sujet de l'inculpation de Oumar Hassane El-Béchir  par la Cour Pénale Internationale (CPI), M.Jean Paul Boubandé,ancien Premier ministre et ministre des affaires étrangères de la Centrafrique a dénoncé publiquement l'attitude de plus en plus controversée de la justice internationale  à deux vitesses appliquée contre les dirigeants Africains et qui  épargne les occidentaux.

    Il nous est permis  de constater et avec nous, ceux qui ont suivi de bout en bout l'interview de M. Jean Paul Boubandé sur Rfi, une partie essentielle de son intervention a été censurée au journal de 8heures 30,celle se réferant au cas Robert Mugabé où M.Boubandé disait qu'il ne sera pas surpris et exclu que prochainement le dirigeant Zimbabwéen serait également visé par la CPI et qu'on lui trouverait un alibi pour l'incriminer tout simplement à cause de sa position infléxible à l'égard des occidentaux.

    Jean Paul Boubandé affirmait ainsi:"je ne serai pas étonné que Robert Mugabé dont la politique déplait aux occidentaux, serait inculpé par les Américains, leurs  alliés Britanniques et européens".Cette partie a certainement déplu à la direction éditoriale de Rfi qui a immédiatement procédé à sa censure,privant les auditeurs du continent  de leurs droits et  liberté à l'information.

    Voilà,  pourquoi, l'émergence et la prolifération des sites Internet et des blogs sur la scène médiatique africaine constitue une source intarrissable et prisée   pour des personnes à la recherche d'informations objectives, non orientées et vraies.

    L'opinion publique tchadienne, africaine et internationale doit désormais être décomplexée et se méfier des médias internationaux qui ne disent pas forcement la vérité et surtout  toute information diffusée et  relayée par RFI doit obéir à une analyse minutieuse et décortiquée pour une meilleure interprétation.

    Compte tenu de la position et de l'acharnement de Rfi sur le cas Mugabé, la censure de Jean Paul Boubandé ne surprend personne.

    La censure honore-t-elle une station à grande audience comme Rfi?

    Décidement,  la liberté de pensée a des limites même en occident,  lorsqu'on s'attaque à des sujets jugés tabou par les uns.


     

    votre commentaire
  •  

    Le but du dialogue inclusif consiste à impliquer toutes les parties en conflit dans la recherche des solutions aux problèmes. Tous les acteurs de la crise tchadienne doivent s'asseoir ensemble pour dialoguer et trouver des pistes de sortie de crise. La commission Indépendante pour le Dialogue Inclusif (CIDI) est ouverte à toutes les personnes physiques ou morales susceptibles de l'aider à accomplir sa mission jusqu'à terme. Le mandat de la CIDI prendra fin avec la tenue effective du dialogue inclusif.

     

    Mars 2008 – Paris : Débat Inter Tchadien
    THEME : DIALOGUE INCLUSIF
    Du 29 au 30 mars 2008

    RAPPORT QUINTESSENCIÉ

    Un colloque intitulé « Débat inter tchadien » a été organisé les 29 et 30 mars 2008 à Paris. Le symposium s'est ouvert par la présentation de l'ONG Caring for Kaela (CFK) et le rôle qu'elle a joué dans son organisation, ses objectifs et la nécessité de sa tenue à Paris. CFK n'est pas intervenue dans les travaux et les participants ont désigné à l'unanimité un modérateur en la personne du Dr Djimé ADOUM pour diriger le Débat et un rapporteur en la personne de Mahamat Ahmat Kébir. L'objet du colloque a porté sur la nécessité de plancher sur deux points:


    1. Le contexte de la crise nationale
    · ciblage de la crise par les participants et identification des problèmes
    2. La stratégie de sortie de crise
    · identification des solutions

    I. IDENTIFICATION DES PROBLEMES

    - Persistance d'une injustice sociale après l'indépendance du Tchad ;
    - Absence d'un idéal commun caractérisée par l'inexistence d´un repère national (lien, symbole) commun autour duquel les Tchadiens pourraient se reconnaître et s´identifier. La notion de Nation est remise en cause ;
    - Existence d'une hiérarchie avant l'arrivée du colonisateur au Tchad suivie par une division planifiée dont l´ethnocentrisme et le clanisme en sont les résultats ;
    - Remise en cause de la démocratie à l´occidentale au Tchad. Est-ce vraiment la solution pour le Tchad ?
    - Tribalisme, égoïsme, manque de confiance des populations vis-à-vis des politiques et des opposants ;
    - Confiscation du pouvoir ;
    - Etat du mouvement syndical au Tchad en déliquescence ;
    - Inégale répartition des richesses et des droits économiques et sociaux ;
    - Y aurait-il des solutions aux problèmes actuels du Tchad sans un dialogue global de tous les acteurs concernés ?
    - Confiscation des biens de l'Etat par le pouvoir ;
    - Gestion non transparente des revenus du pétrole ;
    - Violations des multiples accords de Paix par Deby (Syrte, Abbas Koty, Ketté Moïse, Laokem Barde, Bichara Digui, Youssouf Togoïmi, Constitution…) ;
    - Remise en cause de la bonne foi du chef de l'Etat pour non-application des accords de paix séparés signés précédemment ;
    - Influence de la communauté internationale qui aide Idriss Deby à s'ériger en dictateur au Tchad ;
    - Absence d´une armée nationale véritable ;
    - Le régime tchadien n'est inquiété que par le langage des armes employé par les politico-militaires ;
    - Marginalisation de l'opposition démocratique et la société civile qui souhaitent à leur tour voir un changement radical intervenir au Tchad par tous les moyens ;
    - Le départ imminent de l'actuel président du Tchad apportera-t-il la paix ?


    QUESTIONS :
    - Qu'est ce que le dialogue inclusif et qu'est ce qu'on en attend ?
    - Quelle en est la finalité ?
    - Qui faut-il inviter?

    Il faut définir les conditions du dialogue politique et la question du rapport des forces.

    EXPLICATIONS
    Les intervenants ont étudié et défini le concept du dialogue inclusif par l'identification de six éléments pouvant servir de base à sa préparation et pour lesquels un cahier des charges a été établi.

    Définition du Dialogue Inclusif

    Dialogue : déposer les armes et se mettre autour d'une table pour discuter de ce qui va et ne va pas au Tchad. Finalité : cessations des hostilités, retour de la paix.
    Inclusif : impliquer tout le monde. Eviter le risque d'exclure des personnes qui n'appartiennent pas à des sensibilités politiques ou des associations.
    Lieu : dans un pays neutre n´ayant pas interféré dans la crise tchadienne.
    Coordination : sous l´égide de l´Union africaine.

    Le but du dialogue inclusif consiste à impliquer toutes les parties en conflit, tous les acteurs de la crise, pour trouver des pistes de solutions aux problèmes du Tchad, ce qui nécessite une transition pour l'organisation des élections libres et transparentes. Le concept du « dialogue inclusif » est défini par les deux termes qui le composent

    Pré-conditions à résoudre et actions à mener pour arriver au Dialogue Inclusif

    Six éléments ont été identifiés pour travailler sur le concept du dialogue inclusif au Tchad. Ces éléments sont soutenus par les deux questions essentielles : Pourquoi le Président Deby refuse-t-il le dialogue politique inclusif ? Avec le Président Deby comme Président, est-il possible que les Tchadiens puissent aller vers un dialogue politique inclusif puisqu´il est partisan des accords séparés ?


    1. Refus de Deby /Manque de crédibilité du Président Deby
    - Une mobilisation générale et une pression collective susciteront l'obligation chez le Président Deby l'acceptation du dialogue politique inclusif tant souhaité par une majorité de Tchadiens pour sortir de l'impasse.
    - Proposer une sortie honorable au Président Deby.
    - Approcher et sensibiliser les proches du pouvoir pour qu'ils acceptent de négocier avec tous les groupes représentatifs (y compris les principaux acteurs de la rébellion tchadienne, la société civile et les forces vives du pays).

    2. Question de la disparition de Ibni Oumar Mahamat Saleh
    - Création d´une commission d´enquête en y incluant des personnalités neutres et indépendantes.

    3. Cessation des hostilités
    - Obtenir des projets concrets de programme politique des politico-militaires ;
    - Cibler et fusionner les objectifs communs poursuivis par les deux camps belligérants, les identifier afin de pouvoir faire des approches de point de vue ;
    - Amener l'AN à prendre en compte les attentes de la CPDC et des forces vives du pays.

    4. Participation de toutes les composantes
    - Sensibiliser les Tchadiens à s'asseoir entre Tchadiens et discuter ;
    - Cibler ceux qui travaillent dans l´ombre ;
    - Vulgariser la stratégie de sortie de crise.

    5. Soutien de l'Extérieur
    - Lobbying auprès des anciens chefs d'Etat et des instances internationales pour faire pression sur le Président Deby ;
    - Identifier une personne morale pour chaque instance internationale pour la mise en œuvre de ce programme.

    6. Non-existence d'une armée nationale
    - Recruter des soldats sur des critères géopolitiques pour éviter de se retrouver avec une armée clanique pour aboutir à une armée mixte ;
    - Inciter ceux qui le souhaitent à insérer la vie civile ;
    - Réactiver le service national et supprimer la garde présidentielle ;
    - Refonder l'organigramme de l'armée et réviser les accords de coopération de 1976 ;
    - Désarmer les populations civiles.


    Se basant sur le cahier des charges, les missions de la C.I.D.I consistent à travailler en toute transparence pour :

    - Développer des stratégies pour la mise en application du programme
    - Développer des stratégies de communication et de vulgarisation
    - Confectionner des outils de suivi et d'évaluation
    - Collecter et analyser les données sur la performance en vue d'aboutir au dialogue inclusif.

    II. STRATEGIE DE SORTIE DE CRISE EN SIX PROPOSITIONS

    La proposition des ébauches de solutions à la crise tchadienne est faite dans une perspective de court, moyen et long terme.

    1. Refus du Président Idriss Deby au dialogue

    Á court terme

    · Approcher et sensibiliser les proches du pouvoir sur la nécessité du dialogue inclusif
    · Discuter le délai de six mois pour la tenue du dialogue inclusif
    · Ce qu'il faut faire :
    - appeler ou envoyer des courriels pour obtenir leur accord dans le cadre de la CIDI
    - soumettre un rapport de synthèse d'une page à la CIDI.

    Á moyen terme

    · Etudier les accords de paix signés de part et d'autre
    · Relever les points communs
    · Etudier les raisons de non-application
    · Ce qu'il faut faire :
    - Analyser les documents des accords
    - Soumettre un rapport de synthèse d'une page à la CIDI
    Délai imparti : 2 mois

    Á long terme

    · Confectionner les outils de suivi et de control
    · Mettre en œuvre les pactes
    · Control et suivi des résultats
    · Délai imparti : 2 mois
    · Ce qu'il faut faire :
    - Confectionner les questionnaires
    - Collecter et analyser les résultats
    - Soumettre un rapport de synthèse d'une page à la CIDI

    2. Question de la disparition du Dr Ibni Oumar Mahamat Saleh

    Á court terme

    · Demander la création d'une commission d'enquête indépendante
    Délai imparti : 1 mois

    Á moyen terme

    · Demander à ce que lumière soit faite sur l'enlèvement et la libération du Dr Ibni
    · Délai imparti : 2 mois
    · Ce qu'il faut faire :
    - Suivre de près les travaux de la commission de recherche
    - Soumettre un rapport de synthèse d'une page à la CIDI
    · Initiation au dialogue
    Délai imparti : 2 mois
    3. Cessation des hostilités

    Á court terme

    · Inventorier les chefs de l´opposition armée
    · Convaincre les parties en belligérance d'accepter de cesser les hostilités
    · Ce qu'il faut faire :
    - Appeler ou envoyer des courriels pour obtenir leur accord dans le cadre de la CIDI
    - Soumettre un rapport de synthèse d'une page à la CIDI
    - Initiation au dialogue

    Á moyen terme

    · Cibler et fusionner les objectifs communs poursuivis par les deux camps belligérants, les identifier afin de pouvoir faire des rapprochements de point de vue
    · Amener la coalition rebelle « l'Alliance Nationale » à tenir compte des attentes de la CPDC et des forces vives du pays
    · Ce qu'il faut faire :
    - Appeler ou envoyer des courriels pour obtenir les programmes de société
    - Initiation au dialogue
    - Soumettre un rapport de synthèse d'une page à la CIDI
    Initiation au dialogue (délai imparti : 2 mois)

    Á long terme

    · Créer un rapport de force égal avec les
    autres composantes
    · Harmoniser les différentes positions
    · Signature de cessez-le-feu définitif
    · Ce qu'il faut faire :
    - Appeler ou envoyer des courriels pour obtenir leur accord dans le cadre de la CIDI
    - Soumettre un rapport de synthèse d'une page à la CIDI
    · Initiation au dialogue (délai imparti : 2 mois)

    4. Sensibiliser toutes les couches sociales du pays afin d'assurer la présence et la participation de tous

    Á court terme

    · Inventorier et convaincre les sceptiques et les inviter à adhérer aux fruits du travail de la CIDI
    · Délai imparti : 2 mois
    · Ce qu'il faut faire :
    - Appeler ou envoyer des courriels pour obtenir leur accord
    - Soumettre un rapport de synthèse d'une page a la CIDI
    · Cibler ceux qui travaillent dans l´ombre
    · Vulgariser la stratégie de sortie de crise.
    Délai imparti : 2 mois

    Á moyen terme

    · Recruter de nouveaux membres pour la
    CIDI
    Délai imparti : 1 mois
    Responsabiliser les nouveaux membres (délai imparti : 1 mois)
    · Développer la stratégie de communication (délai imparti : 1 mois)
    · Ce qu'il faut faire :
    · Tous les membres de la CIDI en fonction de leur sous-commission
    - Appeler
    - Sécuriser
    - Produire

    Á long terme

    · Développer les modules de formation/sensibilisation
    · Mettre en œuvre la formation/sensibilisation
    · Déterminer le niveau de compréhension des populations par rapport aux objectifs de la sensibilisation
    · Délai imparti : 2 mois
    · Ce qu'il faut faire :
    - Confectionner les modules de formation
    - Soumettre un rapport de synthèse d'une page à la CIDI
    - Identifier les formateurs
    - Identifier les moyens de communication
    · Initiation au dialogue (délai imparti : 2 mois)

    5. Soutien de l'extérieur

    Á court terme

    · Cibler les pays susceptibles d'aider pour cette sortie de crise
    · Définir les personnes clef pour chaque pays impliqué dans la crise tchadienne et identifier une personne morale pour chaque pays pour la mise en œuvre de ce programme.
    Délai imparti : 2 mois

    Á moyen terme

    · Sécuriser l'engagement des Nations unies, USA, France, Chine, UA, et de l´UE
    · Délai imparti : 2 mois
    · Ce qu'il faut faire :
    - Appeler ou envoyer des courriels pour obtenir leur agrément
    - Soumettre un rapport de synthèse d'une page à la CIDI
    · Initiation au dialogue (délai imparti : 2 mois)

    Á long terme

    · Assise du dialogue inclusif
    · Coordination gérée par l´UA
    · Supervision du dialogue par l´ONU
    · Sécurité appuyée par la France
    · Délai imparti : 6 mois
    · Ce qu'il faut faire :
    - Obtenir l'agrément d'un médiateur
    - Sécuriser les fonds
    - Déterminer l'endroit de l'assise
    - Convoquer les participants
    - Soumettre un brouillon de canevas contenant les éléments du dialogue inclusif
    - Tenue du dialogue
    Responsabilité : tout le monde

    6. Non-existence d'une armée nationale

    Á court terme

    · Inventorier les mouvements politico-militaires en cas d'accord de paix avec le gouvernement.

    Á moyen terme

    · Etudier la possibilité de réorganiser la garde présidentielle.
    Cet aspect n'entre pas dans les compétences de la CIDI mais s'inscrit dans la stratégie de la transition.

    Á long terme

    La reforme de l'armée se fera pendant la transition et ne relève pas du ressort de la CIDI.


    Commission Indépendante pour le Dialogue Inclusif (CIDI)

    Coordonnateur: Dr Djimé Adoum
    Conseiller porte-parole: Mme Bourkou Louise
    Conseiller chargé des missions avec les partis politiques et la société civile: Ahmed Idriss
    Conseiller adjoint chargé des missions avec les partis politiques et la société civile: Mahamat Ahmat Kébir
    Conseiller chargé des missions avec les politico-militaires: Bandjim Bandoum
    Conseiller adjoint chargé des missions avec les politico-militaires: Abdelmanane Khatab
    Conseiller chargé des missions avec l'Union européenne : Mahamat Djibrine Haroun
    Conseiller chargé des missions avec l'Afrique: Hadj Bineye
    Conseiller: Balamgoto Silas
    Conseiller: Djibrine Abakar Khirachi
    Conseiller: Oumar Abbadogo
    Conseiller: Françoise Ndoula

    La commission Indépendante pour le Dialogue Inclusif (CIDI) est ouverte à toutes les personnes physiques ou morales susceptibles de l'aider à accomplir sa mission jusqu'à terme. Le mandat de la CIDI prendra fin avec la tenue effective du dialogue inclusif.

    Pour la Commission Indépendante pour le Dialogue Inclusif (CIDI),

    Dr Djimé Adoum

     


    votre commentaire
  •  

    Un bordel de luxe, l’Xclusive, vient d’ouvrir dans le quartier de Bondi Junction à Sydney. Il se prépare a recevoir les jeunes qui seront présents dans la métropole australienne lors des JMJ. Photos: AFP<o:p></o:p><o:p> </o:p>

    Le pape Benoît XVI sera à Sydney pour les JMJ (Journées mondiales de la jeunesse) du 15 au 20 juillet prochain. Certains hôteliers s’en frottent les mains.<o:p></o:p><o:p>
    </o:p>

    <o:p></o:p><o:p></o:p>

    Un bordel de luxe, l’Xclusive, vient d’ouvrir dans le quartier de Bondi Junction à Sydney. Il se prépare à recevoir les jeunes qui seront présents dans la métropole australienne lors des JMJ. Le propriétaire du local a engagé des prostituées supplémentaires pour satisfaire tous les désirs de ses hôtes. Une augmentation des clients de 200% est prévue pour ces quelques jours.

    «De cette manière, nos clients traditionnels ne seront pas déçus. Nous ne sommes pas ouverts depuis longtemps, mais nous avons déjà acquis une bonne réputation», écris le gérant sur le site internet de l’hôtel. Les chambres sont luxueuses. Elles possèdent toutes deux douches et un lit double. Sans compter les sex toys pour tous les goûts et couleurs qui sont mis à disposition des clients. La sécurité des travailleuses est assurée grâce à un bouton d’alarme présent dans toutes les chambres.

    «Les autres bordels ne sont pas préparés à cet évènement», ajoute l’hôtelier. «Ils doivent être fous. Nous sommes très excités à l’idée de recevoir des personnes provenant du monde entier. Surtout s’ils sont content des plaisirs que nous pouvons leur offrir».

    Les clients devraient tous être comblés puisque peu importe leur provenance, ils devraient trouver «chaussure à leur pied»: «Nos jeunes femmes parlent les langues les plus diverses, parmi lesquelles, l’anglais, le coréen, le grecque, le thaï, l’italien, le népalais ou encore le chinois», a précisé le propriétaire du local.

    (atk)<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>


    votre commentaire